La maison hantée du Tennessee offre 20 000 dollars à quiconque peut survivre – Les meilleurs protection pour votre lapin domestique


Devis en Ligne Gratuit & Personnel. Remboursement à 100% des Frais Véto. Remboursement sous 48h. 2 500€ remboursés par an. Assurance jusqu’à 10 ans. Traitement remboursements. Pas de carence accident. 1 mois offert. 2 mois jusqu’à 10 ans. Types: Accident, Maladie, Vieillesse.

Il s'agit d'une transcription urgente de "The Ingraham Angle", du 25 octobre 2019. Cet exemplaire peut ne pas être dans sa forme définitive et peut être mis à jour.

LAURA INGRAHAM, HOST: Je m'appelle Laura Ingram et il s'agit d'une édition spéciale de «The Ingraham Angle» de Washington ce soir.

James Clapper a-t-il coordonné un coup de presse sur le général Michael Flynn. Un dépôt de cour bombe, il est tombé tard hier soir suggère exactement cela. Et Mollie Hemingway et Victor Davis Hanson sont ici avec analyse et réaction.

De plus, c'est une histoire fascinante. George Soros travaille discrètement dans les coulisses depuis des décennies, mais il a maintenant un nouvel objectif. Il finance les campagnes des procureurs d'extrême gauche. C'est une histoire qui pourrait affecter la sécurité de votre communauté. Tu ne veux pas le manquer.

Et une maison hantée qui nécessite une renonciation médicale et un mot sûr, l'obsession de redémarrage d'Hollywood, oh mon Dieu, ça ne finit jamais.

Et ce qui est arrivé au site Web hispanique de Joe Biden. Raymond Arroyo a tous les détails dans un Friday Follies fantasmagorique.

Mais d’abord, l’annonce que l’enquête de l’avocat américain John Durham est désormais une enquête criminelle a rendu beaucoup de gens nerveux dans cette ville. Et ce sont tous les mêmes collaborateurs d'Intel et des médias qui diffusent le récit factice de collusion depuis le début.

Quelques minutes après avoir vu la nouvelle, l'ancien directeur du renseignement national Obama, James Clapper, est apparu à la télévision. Était-ce juste moi ou avait-il l'air de lutter pour faire passer les mots justes?

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

JAMES CLAPPER, CHEF D'OBAMA DNI: Eh bien, je suis très curieux et je suis probablement l'un de ceux qui font l'objet d'une enquête. J'ai trouvé le timing intéressant compte tenu de la chaleur croissante entourant l'enquête de mise en accusation.

ANDERSON COOPER, Hôte CNN: Avez-vous une idée même – je veux dire ce qu'ils pourraient penser pourrait atteindre le niveau d'une infraction pénale?

CLAPPER: Non, pas du tout. C'est évidemment un sujet qui m'intéresse beaucoup.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Passé ça dépend. D'accord. Pour sa part, l'ancien directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe, de CNN, a cherché à modifier l'orientation de la conférence.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

ANDREW MCCABE, ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, FBI: Il semble y avoir au sein de l'administration à la fois du président et, éventuellement, du procureur général également. Un manque de confiance sous-jacent et si ces décideurs ne sont pas convaincus parce que cela suggère qu'ils ne prennent pas la menace russe qui pèse sur les élections de 2020 aussi sérieusement qu'ils le devraient. Nous avons pris la décision évidente et rationnelle d’enquêter.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: N'oubliez pas que McCabe est lui-même sous enquête criminelle et poursuit le DOJ et le désespoir. Peut-être que McCabe ou Jim Sciutto de CNN ou est-ce skudo lui-même un ancien responsable de la sécurité nationale d'Obama aurait peut-être songé à divulguer cela dans la conversation. Et enfin, MSNBC a-t-il engagé Alex Jones?

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

RACHEL MADDOW, HÔTE DE MSNBC: Cette étrange chasse au trésor mondiale met en scène nos propres services de renseignement pour tenter de mettre en place une ingérence de la Russie dans notre élection en tant qu’opération fictive, selon la théorie du complot, mais la Russie n’a pas agi de la sorte. La Russie n'est pas intervenue. Ce qui s’est réellement passé, c’est que c’est l’administration Obama qui a conçu cette situation comme un travail de base.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: En fait, je me suis senti mal pour les gens des autres réseaux hier soir. Je veux dire que c'est arrivé en retard. La nouvelle est arrivée en retard. Ils n’ont pas eu le temps de le traiter complètement, de le faire mariner, il se peut que certains chapeaux de papier d’aluminium aient été trop serrés.

Eh bien, ces mêmes personnes ont passé deux ans, bien sûr, à promouvoir le canular de la Russie et elles ont vanté tous les détails de la sonde Mueller, tout en affirmant que ce n’était pas une motivation politique. Et au lieu de s’engager dans une enquête menée par un avocat très respecté, eh bien, ils se laissent aller. Ils essaient de discréditer Durham de toutes les personnes qui le félicitent en tant que partisans, mais plus maintenant. Eh bien, et il doit finir son travail.

Molly Hemingway, rédactrice en chef chez The Federalist and Fox News Contributor, se joint à moi. Et Victor Davis Hanson, chercheur principal à la Hoover Institution. Victor, ça se passe exactement comme tu l'avais dit. Oh, je me souviens quand vous êtes apparu dans cette émission. La gauche est en mode panique complet. Où vont-ils d'ici au-delà des frottis qui ont commencé la nuit dernière à la fois de Barr et de Durham?

VICTOR DAVIS HANSON, MEMBRE SUPÉRIEUR, ÉTABLISSEMENT HOOVER: Je ne pense pas qu'ils aient nulle part où aller. Je pense que Clapper avait raison de dire que le timing était plutôt étrange mais exactement à l'opposé de ce qu'il pense. Ces affaires sont en cours depuis longtemps dans les enquêtes Horowitz et Durham and Barr. Mais ce qui est bizarre, c’est que je pense d’une manière étrange qu’ils aient aidé à expliquer ce psychodrame paniqué à propos du lanceur d’alerte, car sur une échelle de 1 à 10 mélodrames sur la mise en accusation de Trump à un taux relatif à une clause de tempête ou d’émolument concernant une clause de trois et pourtant prédisposant toute la destitution affaire de ce dénonciateur qui a en quelque sorte violé la loi en s’adressant en premier au personnel d’Adam Schiff qui a menti à ce sujet.

Son texte ne correspond pas à la transcription officielle. La statue elle-même a été changée peu de temps avant qu'il ne travaille finalement avec la loi démocrate. Cela n'avait pas de sens. Il ne veut pas s'avancer. Et vous vous demandez pourquoi ils ont motivé toute cette dernière tentative d'impeachment sur une lecture aussi mince? Et je pense que la réponse est qu’ils doivent changer le cycle de la nouvelle, car le cycle de la nouvelle, pour utiliser une ancienne expression anglaise, le ver a tourné. Et ce sera McCabe et Ohr et Brennan et Clapper et Comey pour les six prochains mois.

Ça ne va pas être bon. Donc, ils veulent que cette procédure de destitution soit aussi désespérée que possible et qu'ils disent que Barr est illégitime ou peut-être …

INGRAHAM: Oui, tout est à propos de 2020. Et que l'idée qu'il s'agisse de savoir découvrir la vérité. Il ne s'agit pas de trouver – il s'agit de la politique électorale de 2020. Et Mollie, je dois jouer pour vous. C’était une partie de ce que nous avons entendu hier soir alors que la nouvelle sortait. Regardons.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

FEMME NON IDENTIFIÉE: Nous demandons si c'est motivé par des raisons politiques. Lorsque le président a voulu trouver un moyen de tenter de faire la lumière sur le complot étatique qu'il pense être derrière lui.

HOMME NON IDENTIFIÉ: théories du complot selon lesquelles ils essaient de détourner l'attention de toute la procédure de destitution.

HOMME NON IDENTIFIÉ: Les théories du complot atteignent maintenant le niveau d’enquête légitime.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Mollie, c'est une conjecture: ils sont coincés dans une pièce sans portes.

MOLLIE HEMINGWAY, COTISANTE: Eh bien, c'est une quantité incroyable de projection. Vous vous souvenez que s’il existait un soupçon de scepticisme à l’égard du canular russe ou de son enquête, on nous disait que c’était une menace pour la République d’avoir des questions sur l’application de la loi ou qu’il s’agissait d’une preuve de culpabilité ou autre. .

Et pourtant, sans aucun scrupule, ils se contentent de dire que cette enquête a une motivation politique. Je pense que le problème est que les médias ont deux problèmes avec les théories du complot.

Premièrement, ils ont répandu ce canular, cette collusion avec la Russie, cette théorie du complot pendant des années, les égouttant, les obus, les murs se refermant.

INGRAHAM: Don Junior, Tour Trump.

HEMINGWAY: Et à la fin, il a été révélé qu'aucun Américain n'avait conspiré avec la Russie pour voler les élections. C'est un énorme échec, un énorme échec embarrassant pour les médias et pour les personnes qui ont propagé ce canular au gouvernement et à l'extérieur.

Au même moment, ils disaient que les questions sur l'espionnage de la campagne Trump utilisant des informateurs humains, des écoutes téléphoniques, des lettres de sécurité nationale, des ressources de renseignement à l'étranger étaient une théorie du complot fou. Ce n'est pas une théorie du complot folle. Nous avons actuellement une enquête criminelle sur ce qui se passait. Et ainsi, on leur montre encore une fois qu'ils ont menti à leurs téléspectateurs, à leurs lecteurs ou aux gens sur ce qui se passait.

INGRAHAM: Sidney Powell, qui représente Michael Flynn, a présenté un autre élément de l'actualité hier soir. N'oubliez pas que tout le monde, Michael Flynn, avait déjà plaidé coupable d'avoir fait une fausse déclaration au cours de cet entretien impromptu qu'il avait été chargé de faire avec des agents du FBI.

Eh bien, vérifiez ceci. Son équipe juridique allègue que les agents ont altéré les preuves pour accuser Flynn de mentir. Donc, le 302 est la note d’entretien qui est écrite après l’interview d’un sujet. Et la question est de savoir qui a édité ce mémo? Quelle a été son importance? Et Clapper a effectivement dit au journaliste du Washington Post, selon Sidney Powell, de "prendre le feu sur Flynn" après avoir obtenu ces transcriptions fuites des appels téléphoniques de Flynn.

Les gens de Clapper nient cela, mais c'était très curieux. David Ignatius n'avait-il pas reçu cette information à propos de ces appels avec Kislyak, puis l'article a été publié et les agents ont interrogé Michael Flynn.

HEMINGWAY: C'est vrai. Nous savons qu'il y a eu une fuite criminelle d'informations, d'informations classifiées. Nous savons que cela est arrivé parce que cela a paru dans le Washington Post. Jusqu'ici, nous ne savons toujours pas qui l'a fait. Il n'y a eu aucune charge contre la personne qui l'a fait. Même s’il s’agit d’un crime très grave, il n’est pas connu pour le moment si Clapper a agi directement ou si d’autres personnes ont été impliquées.

Mais ce qui est vraiment malheureux, c’est que des années se sont écoulées sans qu'aucune enquête réelle n'ait été menée, vous savez, nous sommes tombés dans un piège à la lapin de cette théorie de la collusion avec la Russie qui s'est terminée de nouveau sans qu'aucun Américain n'ait été obligé de le faire. Le témoignage de Clapper devant le Comité spécial permanent du renseignement de la Chambre nous a appris qu'il aimait parler aux journalistes, et il parlait avec des journalistes à cette époque. Il a admis cela dans son témoignage.

INGRAHAM: Quelqu'un a donné cette information à Ignatius, souvenez-vous qu'ils ont reçu beaucoup de documents, Victor Davis Hanson, la défense a le droit de recevoir des informations disculpatoires. Nous voyons maintenant de nouveaux messages texte. Mollie et moi étions juste en train de parler dans la chambre verte. Il y a des messages texte qui viennent d'être publiés dans ce dossier que personne n'a encore vus, qui font référence à des fuites et à un crescendo de fuites.

Et ce ne sont que des trucs sauvages. Nous avons une image en coulisse de la situation de ces agents. De mon point de vue, mes antécédents en matière de défense pénale, si j'étais Sidney Powell, je présenterais exactement cet argument. Vous n'étiez vraiment pas à la recherche de la vérité. Vous étiez à la recherche d'une configuration de Flynn. C'est ce que ça ressemble de plus en plus. Nous en apprendrons davantage, évidemment, au fil des jours et des semaines.

HANSON: C'est ça. Je veux dire, ils se réfèrent les uns aux autres dans leur propre texte comme si Lisa Page vérifiait ou masquait des notes de Peter Strzok afin de présenter un argument plus incriminant avant de mentir à ce sujet. Et puis, quand elle a été confrontée au texte lui-même, vous avez dit, eh bien, elle l’aurait peut-être fait.

Et c'est encore plus bizarre parce que, souvenez-vous, ce sont les deux mêmes qui ont décidé, post-facto, que les mémos présidentiels de James Comey n'étaient pas secrets, mais ils étaient simplement confidentiels et donc pas de Polonia. Peter Strzok était donc partout. Il était avec Cheryl Mills, lui donnant des exemptions. Il était à l'étranger. Il interviewait Michael Flynn.

INGRAHAM: Démasquer –

HANSON: C'est une blague de McCabe et de Comey, souvenez-vous de tout et dites-nous, nous l'avons. Nous avons le Strzok sans aucun avocat de la part de Flynn. Alors, ils ont pensé que c'était une grosse blague. C'était marrant. C'était mignon. C'était une opération incestueuse. Et ils ont probablement enfreint non seulement un canon éthique, mais également la loi. Et je pense que les rouages ​​de la justice se meuvent lentement, mais ils se débrouillent bien.

INGRAHAM: Et Sally Yates a été impliquée dans tout cela aussi.

HANSON: Ce n'est pas un cycle dramatique. Oui, ce n'est pas un cycle cyclique comme celui de la dénonciation. C'est quelque chose de réel. Cela ne va pas disparaître et c'est pourquoi ils sont effrayés et terrifiés. Et c'est pourquoi ils ont cette illusion de destitution.

INGRAHAM: Les fils sont retirés du tissu. Mollie, dernière pensée ici. Je veux mettre en place ce tweet, d'accord? C'est Elie Hoenig, un analyste de CNN qui a mis cela en place hier soir. Regardons ça. C’était déjà assez grave que Trump et Barr gaspillaient des ressources à ce sujet, mais à présent, ils militarisent pleinement le MJ à des fins politiques. Les procureurs généraux peuvent être mis en accusation. Vraiment?

HEMINGWAY: C'est une déclaration étonnante. Mais ce qui est important à retenir, c’est que le DOJ a été transformé en arme et qu’il s’agit d’une menace pour la République tout entière. Qu'il s'agisse de leur traitement de la sonde Clinton ou de la manière radicalement différente de l'enquête sur la campagne Trump, nous avons assisté à une militarisation généralisée de nos agences de renseignement et de nos forces de l'ordre.

Ce n'est pas bon pour tout le monde. Nous devons pouvoir faire confiance à la primauté du droit. Nous devons pouvoir faire confiance à ces agences. Et donc tout ce qui doit être fait pour le nettoyer est bon. Et évidemment, les gens sont extrêmement inquiets à l'idée de devoir rendre des comptes. Mais c'est une bonne chose.

INGRAHAM: Très bien les gars, merci beaucoup, Mollie et Victor, nous apprécions toujours votre venue, surtout le vendredi soir. Merci beaucoup. Et le président Trump s'est échappé du marais aujourd'hui. Tout cela était intéressant. Il s'est rendu en Caroline du Sud pour un sommet sur la réforme de la justice pénale dans un collège historiquement noir.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

DONALD TRUMP, PRESIDENT: Les politiques démocratiques ont laissé tomber les Afro-Américains et les ont pris pour acquis, et ils ont – ils ont pris pour acquis les communautés afro-américaines. Et je vous promets que les républicains ne le feront jamais. Nous allons continuer à nous battre pour vous.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Eh bien, ce titre de The Post and Courier raconte la véritable histoire: "La visite de Trump au Forum 2020 du Démocrate aveugle du collège noir de Caroline du Sud". La gauche est évidemment contrariée de ne pas pouvoir dissimuler le record de Trump.

Candace Owens, fondatrice du mouvement Blexit et auteur du prochain livre Blackout, se joint à moi. Et Scott Turner, directeur exécutif, directeur de la Zone de la Maison Blanche et du Conseil de revitalisation. Ravi de vous voir tous les deux. Candace, les démocrates n'aiment pas ces événements. Oh, ils ne les aiment pas du tout. Vous voyez Trump. Il est sous tension. Beaucoup de personnes qui ont bénéficié du premier pas, parlent en tant qu'êtres humains et non en tant qu'acteurs politiques. Mais voir ce qu'il a réellement fait avec le cœur et l'esprit concentré sur un problème d'incarcération pendant des années et des années après que la plupart des gens pensent aujourd'hui que c'est juste.

CANDACE OWENS, FONDATEUR, MOUVEMENT BLEXIT: Écoutez, voici le problème avec lequel ils vont souffrir en 2020. En 2016, les démocrates ont mis en place la plate-forme selon laquelle, si Trump est élu, le monde se terminera pour l'Amérique noire. Si vous étiez noir en Amérique en 2016, vous vous sentiriez comme si Trump était élu, vous alliez être renvoyé sur un navire négrier. Tout allait être fini. La suprématie blanche allait revenir.

Et qu'est-ce qui s'est passé, Laura? Les choses se sont améliorées pour l'Amérique noire. Et c'est un gros problème auquel ils vont devoir faire face. Et Trump a également le courage de se présenter devant un public noir et de dire, regardez ce que j'ai fait. Je t'ai posé une question. Qu'avez-vous à perdre? Et clairement la réponse est rien.

INGRAHAM: Et je pense que le président, Scott, devrait continuer à pénétrer dans toutes les communautés américaines à travers de multiples origines ethniques et raciales. Il devrait aller dans des endroits comme Chicago. Il devrait aller à Philly. Il devrait aller à Oakland, en Californie. Je ne pense pas qu'il y ait un endroit dans ce pays où le président ne devrait pas aller vendre le message de paix et de prospérité. Et aujourd'hui, en Caroline du Sud, vous avez vécu ce grand moment où Anne-Marie Johnson, qui est l'un des bénéficiaires du premier pas en arrière, s'est levée et elle a parlé de tout son cœur de ce que cette mesure avait fait pour elle. Et bien sûr, elle remercie le président Trump.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

ALICE MARIE JOHNSON, PEINE DE PRISON COMMUTÉE PAR TRUMP: Nous sommes des êtres humains. Je représente, comme vous voyez mon visage ici, voir les visages de ceux que vous ne verrez jamais si nous ne venons pas ensemble. Ce n'est que par la grâce de Dieu que mon histoire a touché le cœur de notre président.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: J'ai regardé tout l'événement en direct et Scott, Matthew Charles, a dit à la foule que Trump lui avait sauvé la vie avec son premier acte. Regarder.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

MATTHEW CHARLES, ANCIEN DÉTENU: Je me présente devant vous aujourd'hui, un ancien combattant, un trafiquant de drogue condamné, un chrétien né de nouveau et un homme libre, mais je le dis sans hésiter, je ne serais pas un homme libre aujourd'hui, si le président Donald J. Trump n'avait pas soutenu et signé l'acte de première étape.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Scott, quelle a été la réaction dans cette pièce?

SCOTT TURNER, DIRECTEUR GÉNÉRAL, WHITE HOUSE CONSEIL: C'était une ovation debout. Je veux dire, le cœur de chacun était juste, vous savez, si rempli de joie lorsque j'ai entendu Mme Johnson et Matthew parler, parce que ce sont des transformations de la vie réelle, Laura. Ce n'est pas juste de la rhétorique. Ce sont des personnes réelles qui ont été libérées de prison. Et à cause du président, de l'administration et de tous ceux qui ont travaillé sur la première étape, ils sont libres d'avoir une nouvelle vie.

Et, vous savez, lorsque les membres de la foule ont entendu cela, nous avons tous été émus parce que nous connaissons tous quelqu'un qui a été touché par une personne incarcérée ou par des familles touchées par cela. Ce fut un moment très émouvant mais réel, car ce sont des problèmes réels et des politiques adoptées qui ont changé la vie des gens.

INGRAHAM: Et donc, Candace, quand vous entendez AOC dans l'équipe parler du privilège blanc et que le privilège blanc nous retient et que la patrie, comme l'a dit Ilhan Omar, elle parle de l'itinérance. Et elle a dit que c'était une tache morale sur notre pays, sans doute parce que nous avions tous ces gens riches, mais nous avions des personnes sans abri. C'est ce qu'ils font. La suprématie blanche, le sans-abrisme est une tache morale causée par des gens riches qui s'en moquent.

OWENS: Donc, ce qu’ils font est exactement le même argument de vente qu’ils font depuis 60 ans. Et les gens sont à la hauteur. C'est un mauvais produit. C'est pourquoi les conservateurs sont en train de gagner. Nous avons un meilleur produit. Nous allons et nous disons, vous pouvez embrasser votre avenir. Voici les résultats obtenus par le président. Vous pouvez vous lever et faire partie du rêve américain.

C'est pourquoi notre président gagne. C'est pourquoi les républicains sont en train de gagner et les conservateurs vont gagner en 2020. C'est un meilleur message. Nous sommes fatigués de la peur. Nous sommes fatigués de la rhétorique. Nous sommes fatigués de se faire dire que nous ne le pouvons pas à cause de la couleur de notre peau.

INGRAHAM: Et je vous le dis, ces événements doivent continuer. Scott, d'autres projets pour des types d'événements similaires? Parce que je pense que c'est transformationnel.

TURNER: Il en fera plus et il ne va pas être intimidé parce qu'il comprend que c'est plus gros que lui. C'est plus grand que lui en tant que président. Ceci concerne le peuple américain. Et si vous regardez les politiques qui ont été mises en œuvre dans l'administration avec la première étape. Les zones d'opportunité, l'ouvrier américain. C'est à propos du peuple américain.

Vous savez, les 300 millions de personnes qui vivent dans ce pays, voilà le battement de coeur du président et celui de l'administration. Vous savez, c'est à propos des gens. Et donc, ces politiques doivent nous survivre à tous. Et donc, j'espère et je suis très confiant qu'il continuera et que nous continuerons tous à parcourir le pays pour encourager nos citoyens à adopter des politiques, à encourager nos citoyens, ceux-ci sont en train de se produire.

INGRAHAM: Oui. Je sais qu'aucun de vous ne sera intimidé. Je sais que le président ne sera pas intimidé. Ne laissez pas la foule arrêter la messagerie. Je ne peux pas le faire. Ils gardent cette bougie dans l'obscurité. Fantastique, les gars. Merci beaucoup. Et à venir, la désherbage de l'Amérique. De nouvelles statistiques prouvent pourquoi la légalisation du pot empoisonne notre pays et pourquoi le vapotage. De plus, le THC aggrave encore la situation.

(PAUSE COMMERCIALE)

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

REPRÉSENTANT. JAMES COMER, R-KY: L'industrie de la CDB est comme le Far West. C'est un bon secteur, c'est un bon produit, mais il doit y avoir une réglementation.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Et l'intérêt du public pour la CBD ou le cannabidiol augmente. Selon une nouvelle étude. Chaque mois, des millions de personnes effectuent des recherches sur Internet pour en savoir plus sur le CBD, qui peut contenir de nombreux types d’huile: huiles, bonbons à la gelée, sels de bain, lotion pour la peau et même produits pour animaux de compagnie.

Et le Dr John Ayers, co-auteur de l'étude, et vice-chef de l'innovation à la Division des maladies infectieuses et de la santé publique mondiale de l'Université de Californie à San Diego, est également co-auteur de l'étude. Aussi, ici, Alex Berenson, auteur du livre Dis à tes enfants, la vérité sur la marijuana, la maladie mentale et la violence. Monsieur Ayers, pourquoi la CBD n'est-elle pas une substance aussi innocente que le prétendent tous ces spécialistes du marketing, tous ces fabricants et beaucoup d'élus à Hollywood?

JOHN AYERS, PROFESSEUR, UC, SAN DIEGO: Bien, laissez-moi simplement dire ceci, l'intérêt ne grandit pas. Ça explose et accélère. Et c'est le vrai problème. Les gens s’engagent avec un produit pour lequel nous n’avons aucune certitude, ni sa fiabilité, ni sa sécurité.

Regardez ce qui est arrivé récemment avec les maladies de vapotage. Et s'il y avait de la CDB? Et aussi, le CBD pourrait être si mauvais pour le public parce que cela force les gens à se détourner des traitements éprouvés? Imaginez si vous êtes malade et que vous avez mal et que vous utilisez du CBD au lieu d'aller chez le médecin, vous pourriez même vous améliorer.

INGRAHAM: Eh bien, ce sont de fausses déclarations. Aucune étude évaluée par des pairs ne montre que ces produits présentent un avantage médical. Et c’est là que la Federal Drug Administration doit agir. Et Alex, vous avez beaucoup parlé de tous les gens qui ont discuté avec précision de la menace de ces substances et dérivés. Et vous avez beaucoup écrit sur l’industrie de la marijuana, le grand effort financier en faveur de la légalisation du pot.

La vérité, c’est que le CDC affirme qu’il a actuellement 1604 blessures confirmées et probables au poumon, dont 34 morts après l’épidémie de vapotage de cette année. La FDA et le CDC n'ont pas encore identifié de marque, de substance ou d'appareil, mais dans la plupart des cas, les maladies ont été liées à des produits de vapotage de THC. Alex, c'est un très gros problème.

ALEX BERENSON, AUTEUR DE "DITES VOS ENFANTS": C'est un problème énorme. Il y a deux aspects vraiment intéressants à cela. La première est que l'industrie, l'industrie du cannabis tente de se cacher sous le CBD. Donc, ils encouragent les personnes qui ne prêtent peut-être pas une grande attention à cela, oh, le CBD est bon pour X, Y et Z. Cela signifie que le cannabis est bon pour X, Y et Z.

Eh bien, au-delà du fait qu'il n'y a aucune preuve que le CBD soit bon pour X, Y ou Z, le CBD n'est pas vraiment du cannabis. Du cannabis que, vous savez, la grand-mère utilise soi-disant du CBD. Vous savez, elle pense qu'ils vont l'aider à souffrir d'arthrite, mais son petit-fils est en train de prendre de l'ampleur avec le THC. Et l'industrie espère que les personnes qui n'utilisent aucun de ces produits ou qui utilisent uniquement du CBD n'en sauront pas assez pour connaître la différence.

C'est un problème. Pour ce qui est de vapoter, je pense que c'est fascinant. L’industrie a vraiment fait de son mieux pour essayer de diaboliser les "vapes illégaux" et a dit, eh bien, il ne semble pas que les vapes vendus dans des magasins réglementés dans des endroits tels que la Californie posent problème. Ce n'est pas vrai.

Des personnes sont tombées malades et sont décédées après avoir utilisé des tubes à THC achetés dans des magasins réglementés. Et comme vous venez de le dire, ni le CDC ni la FDA n’ont la moindre idée de savoir s’il s’agit d’un adultère dans la vape ou s’il pourrait même s'agir simplement d’une puissance élevée proche du THC pur lui-même qui endommage les poumons. Et c'est pourquoi la FDA et le CDC ont tous deux dit aux gens de ne pas vaper le THC. Et c'est le message, le message qui devrait être transmis par les autorités de la santé publique, par les États, par les médias. Mais comme tout le monde aime tellement la marijuana en ce moment, cela se perd un peu.

INGRAHAM: Non, c'est beaucoup d'argent. Parlons. Si pour un gros argent et de la marijuana. Ne parle pas de ça. Nous avons des gens qui s'opposaient à la légalisation, comme John Boehner, qui a rejoint un conseil consultatif et qui a été payé une énorme somme. Fondamentalement, ils ont acheté son soutien à l'industrie des mauvaises herbes.

Ce sont des produits toxiques pour nos enfants. C'est une psychose motrice. C'est une maladie mentale, parfois des explosions violentes. Et pourtant, toutes ces fantaisies vont bien se passer. Tout va être génial. Dr. Ayers. Je veux mettre une photo de Ricky D'Ambrosio, 21 ans. Homme du nord de la Californie forcé dans un coma médicalement provoqué à cause de son vapotage.

Heureusement, il est maintenant rentré chez lui, mais beaucoup d'autres ne le sont pas. Hôpitaux sous ventilateurs, certains atteints de maladies pulmonaires. Dr. Ayers qui pourrait ne jamais guérir complètement. Et les parents sont en fait – ils font des vidéos YouTube qui implorent les gens, ne laissez pas vos enfants faire ça. Assurez-vous de savoir ce que font vos enfants. Dr. Ayers.

AYERS: Il est insensé que nous ayons permis à cela d'atteindre ce niveau. Humpty Dumpty est déjà cassé. Vous ne pouvez pas le remonter facilement. Nous devons commencer à réglementer ces produits selon les mêmes normes. Nous fabriquons d’autres produits récréatifs pour la marijuana. En ce qui concerne les produits comme le CBD, nous devons également réglementer leurs clients. Nous ne pouvons pas laisser cette industrie se déchaîner car cela mine nos soins de santé et la santé publique.

INGRAHAM: Messieurs, merci beaucoup. Une conversation très importante pour vous deux. Experts en cela. La légalisation du pot cessera cependant. Les drogues illégales vont droit? Bien, faux. Et les résultats ont été tragiques. Pas plus tard qu'hier, trois hommes, dont deux ressortissants mexicains, ont été inculpés d'avoir tiré sur Brian Ishmael, député du shérif qui répondait à un cas de vol d'une exploitation illégale de culture du pot en Californie du Nord.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

JOHN D'AGOSTINI, COMTÉ D'EL DORADO, CA SHERIFF: Il y a beaucoup de violence qui entoure ces jardins, et nous en voyons un exemple parfait en ce moment, en disant que ce n'est qu'un médicament et ne fait pas de mal et que les lois californiennes qui ont été adoptées vont être en mesure de nous préparer adéquatement et de faire face à cette situation. C'est une erreur.

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Cette situation est au-delà d'une parodie. C'est un mensonge perpétuel perpétré sur le peuple américain. Cela va nuire à nos enfants, à nos communautés et aux problèmes liés au travail. Tout. Et ça empire.

Un responsable fédéral a déclaré à «The Ingraham Angle» que le bureau du California AG avait ordonné au shérif du comté de ne pas autoriser les agents ICE à entrer en contact avec les suspects afin de déterminer leur statut en matière d'immigration.

Tom Homan, ancien directeur par intérim d'ICE, collaborateur de FOX News, se joint à moi maintenant. Tom, quel est le potentiel de dangerosité de ce chef légiste en Californie?

TOM HOMAN, ANCIEN DIRECTEUR DE GLACE ACTION: C'est ridicule. Et avant d’entrer dans l’émission, je venais d’entendre que l’avocat américain était intervenu et avait pu faire venir des agents ICE pour parler à ces gens. Donc, A.G., c'est lui qui a poussé la loi sur le sanctuaire. Ce n'est pas à propos de ce qui est bien ou mal pour la communauté. Il s’agit de protéger les étrangers illégaux. C'est à peu près – les états de sanctuaire ne protègent que les criminels. Nous savons que. Ils ne protègent pas l'application de la loi, comme on peut le voir. Ils ne protègent pas les Américains respectueux de la loi.

INGRAHAM: Quand nous verrons, encore une fois, ces problèmes sont en quelque sorte en accord. L’immigration clandestine, l’industrie de la mauvaise herbe, les gens disent, le pot juridique va rendre les choses tellement meilleures, tous les cartels, vous allez couper leur pouvoir. Taureau. Les cartels introduisent des drogues dans le pays, à taux réduit, à qualité inférieure, si vous pouvez avoir une qualité inférieure à celle que nous avons déjà. Et c'est moins cher. La plupart de ces enfants ne vont pas dans des brasseries pour acheter des cupcakes de marijuana très coûteux. Ils vont obtenir les produits à prix réduit ou les produits maison que les cartels développent ici même aux États-Unis.

HOMAN: Pas seulement ça. Lorsque vous légalisez la marijuana, vous créez plus de consommateurs.

INGRAHAM: Oublie ça.

HOMAN: Les gens qui n'allaient pas le faire maintenant le feront. Et vous ne pouvez pas distinguer la marijuana légale de la marijuana illégale. Comme vous l'avez dit, la marijuana illégale est moins chère sur le marché noir et en grande partie plus forte. Donc, si vous voulez un produit plus puissant à un prix inférieur, vous allez au marché noir.

INGRAHAM: Je parlais à la police de Chicago lorsque nous étions là pour une spéciale il y a quelques semaines. Deux officiers que nous avons accompagnés d'un court trajet en revenant de l'événement ont poursuivi en expliquant que la légalisation est en train de détruire. communautés. Ce ne sont pas des gens politiques. Ils sont comme, regarde, on le fait tous les jours, on voit ce qui se passe. Et cela va devenir de pire en pire. Idem avec le statut de sanctuaire de ces communautés. Comme vous l'avez noté à maintes reprises, les prisons regorgent d'immigrants clandestins dans ce pays. Pourtant, des démocrates ridiculisent Trump pour avoir prétendu que nous avons un mur dans le Colorado. C'est ce qu'ils ont passé la journée à faire hier.

HOMAN: Je pense que le ministère de la Justice fait toujours appel de la décision concernant les villes sanctuaires détenant les fonds. J'espère qu'ils réussissent, parce que les villes sanctuaires, j'ai dit à plusieurs reprises, qu'elles ne protègent que les criminels. Ils ne protègent pas la communauté immigrée, car, comme nous en avons discuté dans le comté de Montgomery, neuf viols. Huit des victimes appartenaient à la communauté des immigrés. Les lois sur les sanctuaires ne protègent donc que les criminels.

INGRAHAM: À l'heure actuelle, nous n'avons pas de secrétaire du DHS, n'est-ce pas? Nous n'avons pas —

HOMAN: Nous avons un rôle.

INGRAHAM: Nous avons trop d'actes. Nous avons besoin d'un – tout le monde sait que je veux que Tom soit secrétaire du DHS. Si j'avais mon choix, vous seriez mon choix.

Tom, vous étiez à l’Université de Pennsylvanie mercredi pour un événement sur l’immigration sous Obama et Trump, et vous avez fini par être incapable de parler parce que cela est arrivé.

(COMMENCEZ LE CLIP VIDÉO)

FOULE: Rentrez chez vous Homan! Rentre chez toi Homan! Rentre chez toi Homan!

(FIN VIDEO CLIP)

INGRAHAM: C'était gentil. Je pense qu’ils vous prenaient vraiment envie. Ils vous ont aimé là-bas.

HOMAN: Deux choses. Vous me voyez, je rigolais un peu parce qu'un gars tenait un panneau "Abolish ICE".

INGRAHAM: Abolir la glace.

HOMAN: Et il a mal orthographié "abolish". Alors je pense –

(RIRE)

INGRAHAM: Nous avons besoin de cette photo, ils ne peuvent pas épeler "abolish".

HOMAN: Et je pense que tu devrais passer plus de temps en classe et moins de temps à me protester.

Mais regardez, je savais que cela allait arriver, et nous n'avons pas dégagé la scène jusqu'à ce que la sécurité nous demande de la faire. Et je ne vais pas du tout repousser la sécurité. J'étais au courant avant d'y aller, ils allaient protester. Ils allaient au moins essayer de protester, alors on m'a demandé, tu veux toujours venir? J'ai dit oui, je ne suis pas victime d'intimidation. Je vais monter dans le train, je vais y aller. Je vais marcher dans ce bâtiment et m'asseoir sur la scène.

What's really sad, higher institution, some of the signs called me Nazis, by shutting down my free speech, they became the Nazis. So I can't understand why they don't want the debate. Two of the other people on the stage were pro-immigrant. So we were going to have a debate. People in the audience, they don't like what I did for 34 years, I can certainly explain why I did what I did. I can explain what I did under Obama, what I did under Trump. It would have been a great discussion. And they could leave hating me, but they need to hear the information.

INGRAHAM: No, they don't, because they do not believe in free speech rights for people with whom they disagree, because they can't make a coherent, logic-based argument. Tom, I'm so glad you went. Good for you. Tom Homan is never going to be deterred.

HOMAN: You said it better than I did.

INGRAHAM: You'll never be deterred. Thank you so much for being with en France.

And the scariest haunted house in America, sequels no one asked for, and another Biden blunder. That's so rude of Raymond Arroyo, having all the details. Friday Follies, next.

(COMMERCIAL BREAK)

AISHAH HASNIE, CORRESPONDENT: Live from America's news headquarters, I'm Aishah Hasnie.

The Trump family is selling its landmark Washington, D.C., hotel, that's according to a report in "The New York Times." It follows three years of ethics complaints and lawsuits accusing the president of trying to profit from his office. The hotel is located just blocks away from the White House and is widely regarded as a magnet for Washington insiders looking to curry favor with the Trump administration. The White House denies any conflicts.

After nearly six weeks, the GM strike finally over. The union members ratified the contract today. It includes wage increases and a path for temporary workers to become full-time. The strike shut down several plants and reportedly cost the automaker $2 billion in lost revenue.

I am Aishah Hasnie. Now back to “The Ingraham Angle.”

INGRAHAM: It's Friday, and that means it's time for Friday Follies. A bizarre spook house, some frightening reboots, and a candidate who scares en France all. Joining en France with all the spooky details, Raymond Arroyo, FOX News contributor.

All right, Raymond, tell en France about this, is this an over the top haunted house in Tennessee that claims it's the scariest in America?

RAYMOND ARROYO, CONTRIBUTOR: Laura, it's called McKamey Manor. It's in Tennessee, as you mentioned, and if you can make it through the house you earn $20,000. It's not for the faint of heart. It's more like psychological torture. I've watched some of these videos. They are frightening. No one has ever made it through this experience, and I think I have an idea why.

(BEGIN VIDEO CLIP)

UNIDENTIFIED FEMALE: I want out. This is bad karma.

UNIDENTIFIED FEMALE: I feel so crazy right now this doesn't even seem real. No, this isn't a joke. This is a horrible.

(END VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Can I say something? People have got to find another way to get jazzed up. If this is what it takes for you to get your adrenaline going, there is a list of prereqs to enter the — it's a completed sports physical, and a doctor's letter?

ARROYO: And a doctor's letter, right.

INGRAHAM: What else, a background check?

ARROYO: A background check provided by the manor. You have to have proof of medical insurance. And get this, a signed, detailed 40-page waiver.

INGRAHAM: Waiver, lawyers wrote it.

ARROYO: Here's my question, Laura. People don't buy a house with 40-page documents, and these people are signing it to get in a spook house. I don't know about you, but if people are going to touch me in the dark, I'd like dinner first. I don't like these things. I've never liked them, I have never gone to these. I think I have been to one, and I wanted to punch somebody that touched my daughter. So it's not my idea of a fun time on Halloween.

INGRAHAM: All right, number one, I might do just because —

ARROYO: You would? That, that kind of experience?

INGRAHAM: Maybe. I want to make sure, I want to make sure, that I'm just tough enough to host this show.

ARROYO: Laura, there are a pair of the spine-tingling reboots coming. And you know how I feel about reboots. Whoopi Goldberg is going to London to star in a musical remounting of, you guessed it, "Sister Act," playing the role she played in the movie 27 years ago.

(BEGIN VIDEO CLIP)

WHOOPI GOLDBERG, CO-HOST, "THE VIEW": The original Dolores is back, a little older, a little seasoned, but really still kind of out there.

(END VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Can the musical versions of, what, "Jumping Jack Flash" and "Ghost" be far behind? Remember, Raymond, I kept calling it "Sister Act."

ARROYO: Yes, you couldn't get it right. You said "Sister Act" rather than "Sister Act," and I told you it was one word. Anyway, what everyone needs to know is this is a revival, Laura. It's the same Alan Menken show that ran on Broadway in 2011, but they have raised the age of the lead character and probably lowered the songs for Whoopi. And now a Disney movie, "Hocus Pocus," is also being revived. Tragically, the Sanderson sisters, Laura, are coming back to Disney Plus.

(BEGIN VIDEO CLIP)

UNIDENTIFIED FEMALE: We shall be back.

(END VIDEO CLIP)

INGRAHAM: There's some confusion, right, about this?

ARROYO: There's confusion about white Bette Midler and Sarah Jessica Parker and Kathy Najimy will be returning. Remember, that movie, too, Laura, 26 years old. But they may be looking for a new trio of witchy sisters.

INGRAHAM: Those are only really gorgeous, attractive witches, though. You can't have them. they're all beautiful. So that wouldn't work.

ARROYO: I agree.

INGRAHAM: Raymond, the reboot mania, I think we've been talking about this for 20 years.

ARROYO: I can't stand them, I really can't.

INGRAHAM: Fresh out of ideas.

ARROYO: Because the audience wants these people to recreate the magic of yesteryear. It's bad for the performer and it's really bad for audiences.

Next week we're going to get into Biden's latest flub, which we didn't have time for, sadly.

INGRAHAM: All right, Raymond, thanks so much. And go Saints.

ARROYO: Go Saints.

INGRAHAM: Up next, how billionaire George Soros is changing the American electorate one local race at a time. An "Ingraham Angle" investigation, don't miss it, next.

(COMMERCIAL BREAK)

INGRAHAM: George Soros has been quietly working behind the scenes for decades, but now he has a new goal, and it's a very dangerous one. The liberal billionaire has been spending the last few years financing the campaign of far-left prosecutors with the goal of transforming how laws are enforced, or rather not enforced. Now, Soros backs the Justice and Public Safety PAC which works hand-in-hand with the Justice Collaborative, a liberal group that advocates not prosecuting serious crimes. And this group also likens incarceration to slavery.

According to a May, 2018 investigation by "The L.A. Times," Soros pumped in at least $2.7 million into four California D.A. races back in 2018. The paper also reported that Soros spent more than $16 million in 17 county races across the country since 2014.

And Soros local elections spending spree, it didn't stop there. This year he is targeting two Virginia counties not far from where we are broadcasting from tonight. Joining me now are two candidates he is trying to take out. Jonathan Fahey, candidate for the Office of Commonwealth's Attorney for Fairfax County, and Nicole Wittmann, Chief Deputy Commonwealth Attorney for Loudoun County.

All right, Jonathan, what kind of candidates does Soros back in Virginia? We already lost a great Commonwealth attorney in Theo Stamos who is finishing up her year, but she was unseated for someone who has no experience. But what's going on here? What kind of candidates is he supporting?

JONATHAN FAHEY, I-CANDIDATE, FAIRFAX COUNTY COMMONWEALTH'S ATTORNEY: In my race in Fairfax County, I'm running because the incumbent, Ray Morrogh, the Democrat, was defeated in the primary thanks to $500,000 by George Soros. But the types of candidates he is financing are candidates, my opponent has never tried a case in Virginia courts. He is tax lawyer, and he is running on, they call it criminal justice reform, but it is essentially, the underlying theme is to delegitimize our entire system. And he is running on ideas of not prosecuting certain crimes, that all of our — our whole system is not legitimate, including the police.

INGRAHAM: So I want to put up the dossier. It's a resume of no talent. Sorry, resume of little experience. So this is your opponent Steve Descano, so he graduated law school in 2010. He never tried a case, as you said, in Virginia. He had a brief stint as a federal prosecutor, but in the criminal tax division, and on his website it says he'll develop metrics that flag areas of systemic discrimination and implement solutions to fix those inequalities.

We know when they say criminal justice reform, that what they really mean, Nicole, is not prosecute entire categories of crime just as we've been enjoying a declining violent crime rate. So what does this mean for localities? A commonwealth attorney, people don't know what that means. That's the most important prosecutor in an entire large swath. Your county, Loudoun County, is one of the most important counties in the country, as is Fairfax County.

NICOLE WITTMANN, R-CANDIDATE, LOUDOUN COUNTY COMMONWEALTH'S ATTORNEY: Right. What it means is you have prosecutors who are now not interested in community safety, they're not interested in victims' rights. They're not interested in protecting our communities. What they are interested in is weaponizing these local prosecutors' office to try to push their social agenda.

INGRAHAM: So it's bypassing the state legislature.

WITTMANN: Exactly right.

INGRAHAM: And trying to affect policy change through executive prioritization or executive action. Do I have that correct?

WITTMANN: That's exactly right. They are not going to — they're going to do selective prosecution. They're not going to prosecute certain theft offenses. They're not going to prosecute violent crimes in schools. They're not going to prosecute drug offenses. And so what that causes is a dangerous atmosphere in the community and lack of community safety.

INGRAHAM: Now tell en France what the Krasner Effect is. People don't maybe know outside of Philly who Larry Krasner is, a candidate for Philadelphia D.A. supported by Soros. What's happened since he took office in, I guess, early 2018.

FAHEY: That's a great question, and it's really helpful for the voters in Fairfax County and Loudoun County to know, because a George Soros candidate, Larry Krasner, was elected in Philadelphia as a district attorney. And since then, in 2018, the murder rate went up 10 percent, and that might not seem like a lot unless you are one of the 35 people that lost a mother, a father, a son, a brother. And it's amazing this has happened when crime has been going down other places. And Philadelphia is a total disaster.

INGRAHAM: It's a complete nightmare.

FAHEY: The cops and the prosecutors are at war with each other. And that's what my opponent wants to bring to Fairfax County, which is remarkable. We have the safest large county in America, and he wants to bring Philadelphia to Fairfax county. And it's like, we have a great attorney, we have a great police department. We should keep that —

INGRAHAM: People around the country, I want to really emphasize this. We talk a lot on this show about national politics. And it's important. There's an impeachment war going on, we have budget fights, we have about military deployments in faraway countries. This is all important and we cover it. But you must occasionally drill down to what's happening on the local and state level, because this is where all the mischief is made, not only with your tax dollars, but it affects the safety, and I think the overall sense of community where you live. And I'm telling you, Nicole, I look at Kim Foxx in Chicago, another Soros supported city attorney. Do we have to remember that she was given in 2016 $300,000 created to elect her? That's, Soros is responsible for Kim Foxx in Chicago.

WITTMANN: He's buying elections. What he's doing is he's putting a lot of money into these local races where typically, for example —

INGRAHAM: Where he doesn't live. He doesn't live. His family doesn't live. It's everyone else has to deal with increased crime rates.

WITTMANN: This is not about public safety. He's not concerned with what happens in Loudoun County, with whether mothers are murdered or children are raped. He doesn't care about that. He is buying puppets who he is putting into office to push his agenda, and that's exactly what he's trying to do.

There's an election now in Fairfax, in Arlington, and in Loudoun County where it used to be $20,000, $30,000 used to be what a candidate would have to spend. Now you are looking at millions of dollars.

INGRAHAM: People have to understand, this is in Fairfax and Loudoun County. It happened in Arlington, happened in Philly, happened in Chicago. This is going to come to a locality near you. The people of Loudoun, people of Fairfax, I think they are going to make the right decisions, but you all have got to hit hard. There is no patty-cake with Soros. You have to call it what it is. It's an open door for criminals in these counties if you elect these Soros people.

Fahey and Wittmann, remember those names. I expect great things from both of you. Jonathan and Nicole, thanks so much.

WITTMANN: Thank you, Laura.

FAHEY: Thank you.

INGRAHAM: Coming up, Beto has got a new plan for your guns, and it's the Last Bite.

(COMMERCIAL BREAK)

(BEGIN VIDEO CLIP)

BETO O'ROURKE, D-PRESIDENTIAL CANDIDATE: Hell yes, we are going to take your AR-15.

(END VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Well, 2020 Democratic pinup boy and fanatic Beto O'Rourke is now singing a new tune.

(BEGIN VIDEO CLIP)

BETO O'ROURKE, D-PRESIDENTIAL CANDIDATE: Those who have or want to use an AR-15 are able to keep it at a hunting club or at a gun range, so there is some control and safeguards still placed on that firearm.

(END VIDEO CLIP)

INGRAHAM: Go back to the punk rock stage, my friend. Try selling that idea to a single woman who keeps a gun at home for safety, man. And maybe that is an AR-15, that's what she wants. What about a woman's choice?

That's all the time we have tonight. Thanks for watching this special editor of “The Ingraham Angle.” Shannon Bream and the "FOX News at Night" team take it all from here.

Content and Programming Copyright 2019 Fox News Network, LLC. ALL RIGHTS RESERVED. Copyright 2019 ASC Services II Media, LLC. All materials herein are protected by United States copyright law and may not be reproduced, distributed, transmitted, displayed, published or broadcast without the prior written permission of ASC Services II Media, LLC. You may not alter or remove any trademark, copyright or other notice from copies of the content.

La maison hantée du Tennessee offre 20 000 dollars à quiconque peut survivre – Les meilleurs protection pour votre lapin domestique
4.9 (98%) 32 votes